Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 22 mai 2021

Retour à Tolède

Javier del Prado Biezma est un brillant universitaire espagnol. Il est aujourd'hui professeur émérite à l'Université Complutense de Madrid. Il est devenu Docteur Honoris Causa par l'Université Michel de Montaigne de la ville de Bordeaux. Grand spécialiste de la poésie et de la littérature française, il a notamment travaillé sur Patrice de La Tour du Pin, Chateaubriand, Hugo, Lamartine, Stendhal, Flaubert, Baudelaire, Mallarmé, Rimbaud. Il est également traducteur. Mais pour nous, il est avant tout poète et romancier, avec ce rare privilège de pouvoir écrire directement en français. Ce fut le cas pour son dernier roman que nous sommes heureux de présenter ici.

C'est d'un livre fort dont il s'agit. Un livre qui traite de la relation père/fils. Le narrateur qui est né à Tolède où il n'a passé que les toutes premières années de sa vie y revient pour accompagner son père dans ses derniers jours. Celui-ci, atteint d'un cancer du poumon va trouver néanmoins assez de souffle pour lui transmettre un secret de famille qui a pour cadre un petit lavoir au bord du Tage situé dans le quartier des Portugais.

Cet épisode douloureux, vécu dans une ville exceptionnelle qui condense une grande partie de l'Histoire de l'Espagne, permet à l'auteur de se livrer à une méditation sur le sens de la vie, sur la destinée, autant individuelle que collective, sur l'identité aussi et le véritable enracinement.

Le fait de s'exprimer dans une autre langue que sa langue maternelle favoriserait-il le lyrisme et la confidence ? L'auteur qui est aussi le narrateur ne cache pas l'effroi qu'il ressent en voyant son père agoniser. Il dévoile de même comment son besoin d'écriture peut devenir indécent à un moment où la compassion doit l'emporter.

Tolède qui est le théâtre de ce retour aux sources traverse en continu tout le livre. L'auteur n'ignore rien de son histoire, de ses palais, de ses églises, de ses jardins, de ses ponts... Il entretient avec la ville une relation intime et conflictuelle bien différente de celle d'un Maurice Barrès par exemple qui ne pouvait se revendiquer comme Javier del Prado Biezma d'un rapport filial.

On l'aura compris ce livre est à lire à plusieurs niveaux, l'ensemble étant servi par la grande culture de l'auteur et rehaussé par sa sensibilité poétique qui lui a permis de convoquer les mots les plus irradiants de la langue française.

Compléments :

- Le livre sur le site de l'éditeur.

- Tolède en images.

samedi 24 avril 2021

Adieu Serge !

Ce texte est initialement paru en provençal, traduit par Patriçia Dupuy, dans le numéro 375 du mensuel Prouvènço d'aro de ce mois.

Depuis quelques années déjà Serge Bec avait dû renoncer à toute vie sociale pour des raisons de santé. Il s'en est allé le 27 février dernier laissant dans la peine sa famille et tous ses amis. C'est une grande voix de la Provence qui disparaît.

Serge Bec était avant tout un poète, mais il a accompagné sa poésie de nombreux écrits touchant aussi bien à l'art qu'au roman, au théâtre qu'au reportage. C'est une œuvre abondante qu'il nous laisse, à différentes facettes. Mais toutes n'ont qu'un seul but, nous faire aimer un peu plus la Provence, sa terre natale.

La Provence de Serge Bec, c'est le Luberon, son centre de gravité la ville d'Apt où il aura été de 1977 à 1983 adjoint au maire, délégué à la culture. Son écriture est indissociable d'un engagement pour le pays avec lequel il faisait corps.

Serge Bec avait une formation littéraire et de journaliste. Ce métier occupera ses premières années de vie professionnelle. Il sera en poste à Marseille, à Toulon. En 2012, il avait réuni dans un livre intitulé Chroniques des grandes figures du sud les reportages qu'il avait réalisés pour Le Provençal au début des années soixante. On y retrouve tous ceux qui marquaient le paysage culturel de l'époque et dont il avait su gagner la confiance. Ainsi Jean Ballard, le fondateur des Cahiers du Sud, le poète André Salmon, Fernandel, Marie Mauron, Jean Giono ou encore le peintre Pierre Ambrogiani.


Cette activité de journaliste ne le quittera jamais même lorsqu'il sera appelé à d'autres fonctions comme celle de directeur adjoint du Parc naturel régional du Luberon. Il sera rédacteur-en-chef du mensuel Le Pays d'Apt ce qui lui permettra d'accompagner un territoire dans son devenir et d'y prendre part.

Du passé et du présent du Luberon, il n'ignorera rien et en fera la matière de ses livres. Il en présentera le plus beau visage dans des albums de photographies, des ouvrages consacrés à ses villages, à ses lavandes, à ses légendes, à ses fêtes. Il en montrera aussi le côté obscur, secret, tragique dans des livres de fiction comme La malédiction d'Hadès.

Serge Bec n'était pas un folkloriste, mais un homme debout qui affrontait avec courage et lucidité les drames de la vie, aussi bien individuels que collectifs. La perte de son épouse Annette, il y a quelques années, avait été pour lui une terrible épreuve. Les vingt-sept mois passés dans le conflit algérien à partir de 1958, un épisode douloureux de son existence qui l'avait ouvert à la souffrance des peuples, de tous les peuples de la terre. Car l'enracinement du poète en terre provençale n'était pas synonyme d'enfermement bien au contraire. Il était pour lui le lieu d'incarnation de l'universelle condition humaine.

 Son statut d'intellectuel n'était pas vécu en rupture avec la vraie vie. Comme Jean Giono, il était en continu en prise directe avec le monde et ceux qui le faisaient tourner. Il avait été à bonne école durant son enfance à la minoterie familiale dirigée par sa grand-mère, puis son père et enfin son oncle Gaston. Il y travaillera même deux ans avant de retourner poursuivre ses études.

La grande aventure du langage, le noyau de son œuvre, est bien sûr pour Serge Bec la poésie. Il faut rajouter la poésie, vécue et écrite en provençal. Ce qui pour lui a signifié des choix difficiles à faire et des déchirements.

Tout commence autour de ses dix-sept ans, à la bibliothèque municipale d'Apt il découvre un soir d'hiver autour du poêle à bois qui ronflait les vers passionnés d'Aubanel. Il ignore tout de l’auteur de La Miougrano entredouberto mais sa poésie sensuelle, charnelle, lui montre que l’on peut exprimer en provençal des vérités fortes et profondes de l’existence. C’est le début d’une prise de conscience, la révélation qu’il lui sera possible d’être fidèle à sa vocation de poète sans renier sa culture, les siens.

Avec quelques amis, Serge Bec crée alors L’Escolo dou Luberon. C’est une initiative de jeunes pour défendre la langue et proposer des expressions novatrices intégrant toutes les données de l’époque. Le recueil Li Graio Negro écrit en collaboration avec Pierre Pessemesse en est en quelque sorte le manifeste. Il revendique une totale liberté de l’écriture.

Nous sommes en 1954, l’année du centenaire du Félibrige et cette vieille institution est devenue totalement hermétique à la nouveauté, autrement dit à la vie. Malheur à ceux qui ont voulu retourner aux sources fraîches de la langue. Il n’y a pas de place pour eux. C’est ailleurs qu’il faut aller pour avancer, en particulier à l’Institut d’Études Occitanes, fondé seulement neuf ans auparavant en 1945. C’est pour Serge Bec un réconfort que d’y trouver soutien et encouragement. C’est aussi pour lui un engagement qui appelle des reniements qui s’avéreront plus tard douloureux. À l’I.E.O. , on a opté pour la graphie normalisée et non pour le provençal rhodanien pourtant si parlé et écrit en Vaucluse, la langue de la mère du poète, la langue de son père. Ainsi ce sera en occitan que Serge Bec fera une entrée remarquée dans les Lettres d’Oc et plus généralement dans la vie littéraire.

Son deuxième recueil Cants de l’Estre fou paru en 1957 est salué pour la splendeur de ses images. Sa manière d’en appeler à l’amour fou lui donne une double filiation : avec les Troubadours et avec les Surréalistes (on pense bien sûr à l’Amour fou d’André Breton). Ce recueil obtient le Prix Théodore Aubanel mais l’auteur devra le refuser, pris dans la contradiction de ses amitiés occitanes et de ses attaches provençales.
 

 
Le temps heureusement fera évoluer les choses. En 1980, paraîtra Siéu un païs avec sa fameuse Lettre ouverte aux occitanistes dans laquelle Serge Bec expliquera pourquoi il abandonne la graphie normalisée vécue comme trop idéologique et théorique au profit de ce qu’il appelle : « une graphie de parole » en phase avec ce qui est exprimé par les siens. Dans les faits, Serge Bec écrira depuis cette époque dans les deux graphies, manière de refléter les difficultés d’une culture à trouver son unité, et volonté chez lui de rassembler autour de ce qui peut être sauvé. En 2006, il recevra le Grand prix littéraire de Provence et en 2009, il sera fait Majoral du Félibrige. La Provence lui aura ainsi rendu de son vivant la reconnaissance qu'il méritait en même temps qu'elle refermait une blessure de jeunesse.

Avec sa mort, l’œuvre de Serge Bec ne s'enrichira plus désormais de nouveaux poèmes, de nouveaux livres. Elle est close, mais pas figée. Elle va continuer à nous transmettre toute l'énergie qu'elle contient, sa force d'amour, d'ouverture à l'autre, ce lien d'enracinement qui donne à l'existence toute sa raison d'être. Adieu Serge !
                                                                   Jean-Luc Pouliquen 
 
Complément:



samedi 20 mars 2021

Comment être poète persan sur YouTube ?

Nous avons déjà rendu compte dans ce blog du travail mené par Reza Afchar Naderi pour faire connaître la poésie persane en France. Depuis deux ans, il s'est engagé sur un nouveau chemin en créant une chaîne sur YouTube. Cette initiative nous intéresse particulièrement car elle s'inscrit dans les nouvelles possibilités qui sont actuellement offertes pour continuer de faire vivre la poésie. Nous avons voulu en savoir plus sur son expérience et lui avons posé quelques questions à ce sujet ?

Merci Reza d'accepter que nous t'accompagnions pour quelques pas dans cette nouvelle aventure. Pourrais-tu nous dire pour commencer ce qui t'y a conduit ?

Le chemin qui mène la poésie à la publication traditionnelle, celle des éditeurs papiers, est abrupte. Souvent on ne juge pas votre manuscrit à l'aune de votre talent mais à sa capacité de s'adapter au marché du livre. Quand ce n'est pas à la place que vous occupez ou non dans un réseau donné. La publication en ligne, sur YouTube en ce qui me concerne, met à votre disposition un média qui diffuse votre écriture poétique imprégnée de votre parcours, de votre maîtrise d'une langue et de vos convictions. Vous devenez ainsi votre propre éditeur. Quant à son pouvoir de diffusion il est fonction du temps que vous lui consacrez dans la sphère virtuelle et non à des canaux faisant jouer le favoritisme et le copinage.

 
 
C'est une chance extraordinaire de devenir son propre éditeur et de ne pas être dépendant du bon vouloir des autres. Sur le logo de ta chaîne il y a le profil de Montesquieu et tu lui as donné pour nom "Perse et poète". C'est ainsi que tu définis ta ligne éditoriale ?

En effet c'est une chance que de devenir son propre éditeur mais les places sont chères sur les réseaux et il faut quand même se battre très régulièrement pour sortir du lot.
Le profil de Montesquieu renvoie bien sûr à ses "Lettres persanes" où il raconte les extravagances et les absurdités de la société française à travers le regard prétendument naïf d'un Persan. Regard extérieur habité en réalité par le philosophe lui-même. Or je suis Iranien de naissance et français de culture. J'ai trouvé que le patronage de Montesquieu convenait bien à ma démarche pour raconter les errances et démissions de la France qui est la mienne. Une France que j'ai admirée depuis l'Iran et que je trouve bien défigurée aujourd'hui tant elle a renié ses propres valeurs et son identité. 

Ce sont plus de cent-cinquante vidéos que tu as mises en ligne actuellement. Je voudrais m'attarder sur les dernières où au travers de la poésie traditionnelle persane tu pointes du doigt ce que sont pour toi les faiblesses actuelles de la poésie française. 

Il y a des poésies enracinées et des poésies hors-sol. Les poésies enracinées ont gardé en elles la substance créative de générations de poètes ayant constitué au fil des siècles un patrimoine de connaissances et de savoir-faire. Ce patrimoine élève l'individu à partir du moment où ce dernier prend la peine de l'explorer. Il le rend plus fort dans sa pensée et dans sa parole, qu'elle soit écrite ou orale. La colonne vertébrale de ce patrimoine est la technique. Une technique qui n'a cessé d'évoluer et de s'adapter à son époque avec comme socle permanent les acquis du passé. 
La poésie hors-sol est celle qui, à l'image du Surréalisme, fait fi du savoir-faire, de la pensée construite et de l'héritage que je viens de mentionner plus haut. Cette prétendue poésie entend vous conduire vers la liberté en brisant les fondations d'une culture mais ce faisant elle ne mène qu'à une forme d'aliénation et d'infantilisme. Ainsi le Surréalisme, depuis près d'un siècle, n'a su apporter à la culture française qu'un champ de ruines sur lequel rien n'a jamais été bâti.


Le ton est donné. Voilà de quoi aiguiser notre curiosité et avoir envie de te suivre dans tes vidéos où l'on pourra te voir et t'entendre nous faire partager tes points de vue, tes créations et celles de la poésie traditionnelle persane. Tel est l'avantage de l'audiovisuel sur le papier imprimé. Merci Reza !

Complément :

- La chaîne Perse et poète.