Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 26 novembre 2022

Rencontre d'un philosophe avec un poète

J'ai déjà eu dans ce blog l'occasion d'accorder une place aux relations qui existent entre la poésie et la philosophie. Il y a dix ans Philippe Tancelin y disait toute la fécondité qui pouvait en résulter.

J'ai également déjà eu l'occasion de présenter les recherches d'Ivan Frias qui a de son côté fait dialoguer la philosophie avec la médecine. 

Ivan est aussi passionné de littérature et de poésie. Il écrit lui-même  et a participé à Rio de Janeiro a des ateliers d'écriture. Il est venu également en France en 2014 assister à celui que j'animais à Hyères.

Le terrain était donc favorable pour que nous échangions ensemble autour de sujets qui nous étaient chers à l'un et à l'autre.

Voici comment est présenté le livre :

 Ivan Frias, médecin et philosophe brésilien, a posé 30 questions au poète et critique littéraire français Jean-Luc Pouliquen pour un état des lieux de la poésie actuelle. 

En s'appuyant sur sa propre pratique, le poète va évoquer son engagement pour que la poésie retrouve sa place dans une société qui ne lui accorde plus beaucoup d'importance. Il va en particulier raconter son expérience d'ateliers d'écriture auprès des enfants tout d'abord, des adultes ensuite, pour les amener à l'expression poétique. 

Ivan Frias, nourri de culture grecque, mettra en perspective la situation actuelle du poète avec celle qui était la sienne dans la Cité antique. Pour compléter l'échange, Jean-Luc Pouliquen proposera un choix de ce qu'il appelle ses Poissons-poèmes

L'ensemble sera introduit par Mirian de Carvalho qui notera que la poésie et la pédagogie présentées : " se complètent comme une manière de voir le monde et de concevoir l'être entre des mouvements ascendants et descendants, accompagnant les sentiments de l'âme qui traversent l'existence. Et ce voyage dans l'existence n'est pas loin des réalisations de la vie dans les espaces et les temps vécus sur les chemins de la ville, où transitent le je et le nous. Et où ils souhaitent traverser ensemble le drame de l'existence."

Compléments :

- Une lecture du livre par André Lombard.

- Pour commander l'ouvrage.

 

mercredi 26 octobre 2022

La fille du Rhône

 Ancrés en Provence, nous ne pouvions qu'être séduits par ce livre inspiré par le Rhône.  Le fait qu'il soit édité par les éditions Jorn dont nous avons déjà à plusieurs reprises salué la qualité du travail éditorial n'a fait que nous renforcer dans ce sentiment.

Le livre se compose de huit nouvelles. Elles sont proposées dans une première partie dans la langue dans laquelle elles ont été écrites, c'est à dire en provençal. Dans une deuxième partie, Danièla Julien nous en offre une version en français. C'est elle-même qui s'est chargée de la traduction. 

Les huit nouvelles ont pour titres : Panissa / Panisse, A l'ombra de la luna / A l'ombre de la lune, Mariana / Marianne, Camarga / Camargue, Lo fornier / Le boulanger, Nuech d'esfrai / Nuit d'effroi, Canadairs / Canadairs et Lo cabanon / Le cabanon.

Toutes sont reliées l'une à l'autre par le Rhône au bord duquel est née l'auteure. La première nouvelle est d'ailleurs autobiographique et raconte sa venue au monde dans le château de Panisse où s'était réfugiée sa famille en août 1944 pendant que les alliés bombardaient Tarascon.

Le Rhône est plus qu'un décor, c'est un personnage qui occupe sa part dans le théâtre de l'existence. S'il est inspirateur de poésie et de rêverie il est aussi acteur de drames lorsqu'il vole la vie de ceux qui n'ont pas su le dominer.

Ce livre qui restitue toute l'épaisseur de la vie au bord du fleuve dans ses dimensions joyeuses et tragiques, dans ses événements à la fois ordinaires et exceptionnels, comme les inondations ou les incendies, n'a rien en cela de folklorique.

Il dit l'intensité que l'on ressent lorsque l'on habite un lieu à fort caractère. L'attachement viscéral de Danièla Julien à la langue d'Oc ne pouvait que l'amplifier.

Complément :

-  Le livre est vendu 15 € l'exemplaire à commander aux éditions JORN, 38, rue de la Dysse, F 34150 MONTPEYROUX.

lundi 26 septembre 2022

Le chant solaire de Jacques Barthès

La rencontre de la poésie avec la chanson a intéressé ce blog dès sa création. Et à plusieurs occasions déjà nous sommes venus en parler. La dernière fois ce fut à propos de Muriel Batbie Castell.

Aujourd'hui vous voudrions saluer Jacques Barthès. Comme Muriel Batbie Castell il a inscrit son œuvre dans l'espace occitan, plus précisément dans la région languedocienne dont les paysages méditerranéens ont marqué son enfance.

Jacques Barthès est auteur, compositeur, interprète. Il a été distingué cette année par l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse pour la qualité poétique de ses chansons. Dans le même temps, il faisait paraître un livre rassemblant les textes de cinquante de ses créations. L'ensemble étant accompagné de photos et de dessins de l'auteur.


D'emblée nous sommes invités à rentrer dans le propos. Dans le premier texte Jacques Barthès écrit : "Il y a du feu sur ton visage ma terre / Il y a la mort dans tes villages ma terre", dans le second il poursuit : "Chanter pour ajouter à la beauté des choses l'harmonie retrouvée le silence et la paix" enfin dans le troisième il nous confie : " A l'envers j'écris ma vie un long poème qui chante à midi".

Nous savons désormais où son inspiration prend sa source, quelles sont ses intentions et quelle sera la lumière qui éclairera ses paroles. Nous pouvons le suivre en toute confiance à travers les collines, dans les vignes ou au bord de la mer. Mais ce voyage ne sera pas celui d'un vacancier qui cherche à couler des jours insouciants sous le soleil. Pour Jacques Barthès l'astre de feu brille pour aiguiser sa lucidité et le faire entrer plus avant dans sa condition d'homme.

        "Je prends ma force dans la semence / De l'été qui appelle sa moisson / D'enfance et d'abandon / L'appel lourd du silence / Les gerbes du soleil / Vous rendent l'espérance / Emportant l'avenir / Dans son dernier voyage / Et le feu dans l'espace" .

A la lecture des textes de Jacques Barthès, la force ressentie dans les mots nous amène à penser qu'ils sont de véritables poèmes qui peuvent être pris tel quel sans l'ajout de la musique. C'est un compliment adressé à l'auteur quand on sait que bien souvent les paroles d'une chanson ont besoin de l'habillage des notes pour prendre véritablement du relief. Ce n'est pas le cas ici, si bien que l'on écoutera chaque chanson interprétée par Jacques Barthès avec un plaisir renouvelé, celui de découvrir à partir d'un poème une autre création.

Il est maintenant temps de juger sur pièce :            

Compléments :

- Le livre est vendu 15€ port compris à commander à Jacques Barthès, Le Valéry, 28 rue Montmorency, 34220 Sète.

- Un portrait de Jacques Barthès par Philippe Raybaud.

 

mardi 23 août 2022

Les miniatures enchantées de Ruby Silvious

 Lorsque j'ai présenté le mois dernier le livre Pablo Picasso, André Salmon and "Young French Painting", j'ai omis de dire que la maquette de couverture était de Ruby Silvious. Au mois d'avril, j'ai eu la chance de la rencontrer et de découvrir ses dernières créations. Pour la deuxième fois - Ruby Silvious était déjà venue à Hyères en 2017 - elle les présentait à la galerie LM Studio dirigée par Laurence Neron-Bancel dont j'ai déjà eu l'occasion de parler à travers les artistes Véro Barbot et Bertille de Baudinière.

Ruby Silvious est une créatrice américaine particulièrement imaginative qui utilise des matériaux récupérés dans notre univers quotidien pour les transformer en œuvres d'art. Un premier livre intitulé 363 Days of Tea : A Visual Journal on Used Tea Bags avait rendu compte de son expérience journalière, durant une année, de traduire sur un sachet de thé usagé, par le trait et la couleur, ses émotions du moment. Son deuxième livre Reclaimed Canevas prolonge et amplifie sa démarche en introduisant l'utilisation de nouveaux supports.

Les chapitres intitulés 52 weeks of tea, Multiple tea bags, 26 days of tea in Japan, 26 days of tea in France, 9 days of tea in Spain, Coming home illustrent une nouvelle fois avec brio la démarche de Ruby Silvious de transcrire sur des sachets de thé ses impressions et émotions de voyage. Par cette citation de Marcel Proust : "Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux pays mais à voir avec des yeux nouveaux", l'artiste nous indique le sens de sa recherche. Elle réalisera en fait les deux en nous faisant découvrir des lieux que nous ne connaissions pas ou connaissions superficiellement, avec un regard renouvelé. Ainsi de la dernière séquence par exemple Coming home où nous découvrons son village de Coxsackie dans la vallée de l'Hudson avec ses yeux remplis d'émotion. Ses représentations du parc près de la rivière, des bâtiments du centre-ville en briques rouges, d'une ferme entourée de prairies, d'un phare sur l'Hudson, de la rivière elle-même, nous restituent l'Amérique paisible et familière qui compose son décor quotidien.

Il sera question dans le livre de "Haïku visuel". L’expression est heureuse et met en lumière la dimension poétique du travail de l'artiste qui réenchante le monde à la fois par sa capacité à saisir la magie de l'instant et à l'inscrire sur des supports qu'elle a su soustraire à leur utilitarisme premier. Le mot "support" est bien au pluriel, le livre est là pour nous le donner à voir.

Dans un chapitre intitulé Oribrami qui joue ici sur le mot Origami, l'artiste qui a fréquenté le milieu de la mode,  présente des pliages représentant des soutiens-gorges réalisés avec des papiers d'emballage de différentes enseignes telles Starbucks, Whole Foods, McDonald's ou encore Savannah Bee. Enfin dans les pages de la séquence Non-Traditional Materials nous découvrons le merveilleux usage que Ruby Silvious a su faire de l'intérieur d'une coquille d’œuf, d'un nuancier de peinture murale, de glands de chêne, de galets, de feuilles séchées ou de coquilles de pistaches. Nous arrêtons là l'énumération mais il semble que les possibilités soient infinies.

Il est temps maintenant de rejoindre l'artiste dans son atelier et de la découvrir au travail :


Compléments :

- Le site de Ruby Silvious.

- Pour se procurer son livre.




samedi 23 juillet 2022

André Salmon et ses amis

 Le propre de l'expérience poétique est de ne pas s'enfermer dans le temps. Ce que le poète a vécu ne s'éteint pas à sa disparition. Chacun de ses actes et de ses écrits contient une vibration qui continue au-delà de sa mort à agir sur les vivants. Deux livres qui viennent de paraître concernant André Salmon nous le confirment.

 

 

Le poète que nous avons eu déjà l'occasion de présenter en 2019 à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition reste avant-tout associé à l'aventure créatrice du début du vingtième siècle à laquelle il a participé, en particulier au côté de Guillaume Apollinaire pour la poésie et de Pablo Picasso pour la peinture. Mais citer ces deux noms ne saurait rendre compte du foisonnement de la période, ils sont à prendre comme des points d'ancrage à partir desquels le paysage artistique et littéraire de l'époque va pouvoir être reconstitué.

Claire Paulhan dont les éditions proposent des journaux intimes, des correspondances littéraires, des textes autobiographiques et mémoires inédits d'écrivains des XIXème et XXème siècle a été bien inspirée de confier à Jacqueline Gojard la préparation de ce livre qu'elle a aussi annoté et préfacé. Jacqueline Gojard est la meilleure spécialiste de l’œuvre d'André Salmon mais sa connaissance du poète ne se limite pas à une approche intellectuelle, elle procède aussi des liens du cœur. Sur cette base, Léo Salmon, l'épouse d'André, l'avait désignée comme l'exécuteur testamentaire de l’œuvre de son mari.

Le livre se présente en deux parties. La première, la plus volumineuse concerne la correspondance qui s'est établie entre André Salmon et Guillaume Apollinaire entre 1903 et 1918. 1918 est l'année de la mort de Guillaume Apollinaire. La deuxième partie est précisément un florilège de textes d'André Salmon, témoignages divers et souvenirs.. sans fin, écrits à partir de 1918 et jusqu'en 1959 en hommage à son ami disparu.

Lorsque leurs échanges commencent Guillaume Apollinaire et André Salmon ont respectivement 23 et 22 ans. C'est dire si la correspondance présentée, composée de 90 lettres et documents, nous introduit d'emblée dans le feu de leur aventure qu'une somme de notes, complétée d'illustrations souvent inédites, va minutieusement éclairer. Rien ne sera laissé dans l'ombre qu'il s'agisse par exemple d'un lieu, d'une date, d'une personne ou d'une revue apparaissant dans le fil de leur relation. Ainsi avançant dans la lecture, les traits du décor et de l'action des deux protagonistes et de leur entourage se feront de plus en plus précis. 

Le florilège de textes d'André Salmon sera une manière de revivre ce temps d'exception qui aura à jamais "fertilisé" le reste de son existence.

 

 

Le deuxième livre porte plus précisément sur la relation d'André Salmon avec les peintres dont se détache la figure de Pablo Picasso et immédiatement après, celle d'Amedeo Modigliani. Une photo en quatrième de couverture de l'ouvrage représente d'ailleurs Modiagliani, Picasso et Salmon photographiés par Jean Cocteau le 12 août 1916 devant le Café de la Rotonde à Montparnasse.

Le livre est proposé en anglais, il est publié à New York par les éditions Za Mir que dirige Beth Gersh-Nešić. Nous avions déjà présenté dans ce blog une précédente initiative qu'elle avait prise concernant André Salmon. Il s'agissait de portraits croisés de Picasso sur Salmon et de Salmon sur Picasso. Le texte était de Jacqueline Gojard, la traduction de Beth Gersh-Nešić, les notes de toutes les deux.

Cette fructueuse collaboration a préparé le livre présenté aujourd'hui qui a été construit sur le même principe. La Jeune Peinture française est un ouvrage écrit par André Salmon en 1912 et publié la même année par l'éditeur parisien Albert Messein. Il s'agissait ici d'en proposer une traduction fidèle, accompagnée d'une introduction et de notes. Elle serait complétée d'une riche bibliographie, d'une courte biographie d'André Salmon, de  quelques informations également sur Jacqueline Gojard et Beth Gersh-Nešić, d'un index des noms cités. Il faut ajouter que le livre de grand format a permis l'insertion de 21 reproductions de tableaux en couleurs qui viennent illustrer merveilleusement le propos déjà enchanteur d'André Salmon.

Dans son introduction Jacqueline Gojard souligne le caractère paradoxal de ce livre qui rend compte à la fois d'une révolution artistique en train de s'accomplir et d'un panorama de la peinture tel qu'il existe en ce début de XXème siècle où beaucoup sombreront dans l'oubli.

On lira ensuite avec plus d’acuité et curiosité les chapitres du livre de Salmon qui ont pour titre : Les Fauves, Une histoire anecdotique du Cubisme, L'Art vivant, Renaissance de la peinture française du paysage, Femmes peintres du Vingtième siècle.

Compléments :

- Le livre sur Guillaume Apollinaire & André Salmon sur le site de l'éditeur.

- Pour se procurer en France Pablo Picasso, André Salmon and "Young French Painting".


samedi 25 juin 2022

G. Bachelard, N. Berdiaev & M. Buber

Gaston Bachelard a déjà été à l'honneur dans ce blog puisque une série de chroniques lui a été consacrée sous le titre générique Lire et relire Bachelard. La dernière concernait les lettres du philosophe adressées au poète Louis Guillaume sur lequel nous avions également écrit. Ce blog a de même rendu hommage à Paul Desjardins et rappelé l'exceptionnelle aventure des Décades de Pontigny.

Voici un livre qui associe Gaston Bachelard à Pontigny ainsi qu'à deux autres penseurs : Nicolas Berdiaev et Martin Buber.



La couverture a été dessinée par le peintre Tony Fontana qui a aussi réalisé pour les pages intérieures les portraits des 3 B.

"Les 3 B, nous indique le texte de quatrième de couverture, c'est comme cela que l'auteur désigne Gaston Bachelard, Nicolas Berdiaev et Martin Buber. Tous les trois ont eu le privilège de participer dans les années trente aux fameuses Décades de Pontigny créées par Paul Desjardins. Ce livre s'attarde sur ce moment privilégié de la vie culturelle européenne et sur ce qu'il peut révéler du parcours humain et philosophique des 3 B. Entre le philosophe français, le penseur russe et le traducteur de la Bible en allemand, des convergences vont apparaître et des sympathies vont naître. Le signe le plus tangible sera l'initiative prise par Gaston Bachelard de faire traduire en français Ich und Du de Martin Buber, livre qu'a lu en allemand Nicolas Berdiaev et qu'il apprécie beaucoup. Ces secrètes correspondances se poursuivront dans une deuxième partie où l'auteur s'attachera à montrer la place jouée par l'imagination dans la pensée de Gaston Bachelard et de Nicolas Berdiaev. Elle pourra être lue à la lumière de ce qui a été écrit en première partie sur Martin Buber."

Compléments :

- Pour commander l'ouvrage.

- Une lecture des "3 B" par André Lombard.

- L'auteur s'entretient du livre avec Christian Saint-Paul dans son émission Les Poètes.

samedi 28 mai 2022

Lucienne Desnoues fabuliste

 Il y aura bientôt trente ans, c'était en novembre 1992, que nous avons publié aux Cahiers de Garlaban, un recueil de Lucienne Desnoues intitulé Fantaisies autour du Trèfle avec en couverture un dessin de Serge Fiorio. Lucienne Desnoues a quitté ce monde en août 2004, mais ses amis ne l'oublient pas et continuent de faire vivre sa poésie. Le recueil que viennent d'éditer les éditions du jais en témoigne.

Il s'agit ici vraiment d'un livre de ferveur et d'amitié, d'une initiative collective pourrait-on dire. L'éditeur Jacques Ibanès raconte à la fin de l'ouvrage sa venue en septembre 2002 à Montjustin pour y rencontrer Lucienne Desnoues. Il remercie Gérard Oberlé de lui avoir fait parvenir une photographie de sa fidèle amie Lucienne pour le quatrième de couverture. C'est grâce à sa fille Sylvie Mogin-Desnoues que la publication a pu se faire. Et puis il y a l'avant-propos d'André Lombard et la postface de Gérard Allibert, tous les deux liés à Montjustin et sa vie culturelle. Il faut enfin citer le nom de Frédérique Haüy pour ses magnifiques illustrations qui a su comme le note Jacques Ibanès : "être fidèle aux poèmes de Lucienne Desnoues tout en restant elle-même".

"Quand l'idée est venue à Lucienne d'écrire bien à sa façon, et peut-être à la file, cette douzaine de fables à contre-courant de celles de La Fontaine, on imagine facilement, à leur esprit, combien elle a dû dès lors s'amuser à propos de chacune en amont de leur rédaction définitive" commente André Lombard. On comprend alors d'autant mieux qu’Étalon Naïf soit l'anagramme de La Fontaine. "Il va de soi qu'il lui fallait donc avoir le plus parfait culot allié à une belle assurance pour réaliser ce tour de force littéraire, en relever haut la main le défi" poursuit André Lombard.

Le lecteur se délectera des fables Le Renard et le Corbeau, L'Agneau et le Loup, Les Raisins et le Renard, Le Bûcheron et la Mort, Le Pot au lait et la Laitière, Le Héron, La Fourmi et la Cigale, Le Roseau et la Chêne, La Tortue et le Lièvre, La Mouche et le Coche, La Cigogne et le Renard, Le Bœuf qui veut se faire aussi menu que la Grenouille qui nous prennent toutes à contre-pied.

Comme l'écrit Gérard Allibert dans sa postface : "nous voici invités à suivre le cours buissonnier d'une rivière en tresses. Le fil de l'eau des destinées de  chacun de ces animaux pensant y prend à tout coup un cheminement différent. Et voilà que leur succèdent inévitablement de nouveaux horizons".

Complément :

- Le livre sur le site de l'éditeur.


 

samedi 30 avril 2022

Nouvelles de France et de Turquie

En 2017, nous avions consacré plusieurs chroniques à l'action menée par Sevgi Türker-Terlemez pour faire connaître la poésie et la littérature turques en France et la poésie et la littérature françaises en Turquie. En 2019, nous avions présenté la Collection regards turcs qu'elle a créée avec Serpilekine Adeline Terlemez pour donner corps à cette action. Aujourd'hui nous sommes heureux de parler de son dernier livre qui vient de paraître dans cette collection.

Il s'agit d'un ouvrage de dix-neuf nouvelles choisies et auto-traduites par l'auteure à partir de son livre paru en langue turque en 2017 sous le titre Paris'Delileri (Les fous de Paris) et qui en contenait vingt-sept. En raison de l'adaptation culturelle et stylistique qui a accompagné le passage à la langue française, ces textes peuvent être considérés comme de véritables re-créations et non de simples traductions.

Dans sa préface Philippe Tancelin qui connaît bien l'univers de Sevgi Türker-Terlemez nous en dessine quelques contours : " Ce seront les villes d'Istanbul, Paris-Hopa, la Seine-le Bosphore et sur leurs berges : les amants de toujours, les pas encore amants, les presque amoureux, les passants clandestins et touristes apatrides, les souvenirs d'antan, les instantanés, les mémoires mêlées d'hier et de déjà demain... Parfois on aperçoit un peintre dont les toiles soudain s'interposent face au défi de l'image filmique et du témoignage vivant.... D'autres fois sous les neiges éternelles, on devine la percée des immortelles, dans la brume, la traversée des éphémères, au parc, l'insoumis d'une rencontre."

Tels sont quelques-uns des reflets que nous renvoient ces nouvelles, parfois longues, parfois courtes, toutes irriguées par une grande culture ainsi qu'une générosité et cette ouverture à l'autre qui leur donnent ce poids d'humanité si précieux par les temps que nous traversons.

Complément :

- Le livre sur le site de l'éditeur.

 

samedi 26 mars 2022

La reine de Saba - Un itinéraire spirituel

Au mois de novembre de l'année dernière sous la plume de Michel Capmal nous avions rendu compte du livre de Monique Marta consacré à Marie-Madeleine et Hildegarde de Bingen. Monique Marta a poursuivi depuis ses recherches sur les grandes figures féminines de la spiritualité et nous propose aujourd'hui un ouvrage sur la reine de Saba.

 


 Dans l'avant-propos Monique Marta nous confie que ce livre est : "d'une part, une invitation à rêver ; d'autre part, une invitation à réfléchir sur les notions de "sagesse", "philosophie", "religion", "spiritualité"... Autant de notions qui s'éclairent dans la lumière du mythe."

Dans la préface qui suit, Frédéric Déchaux précise : "il ne s'agit pas de retracer la biographie de cette reine selon les canons de la recherche historique, ni d'énoncer des théories philosophiques à partir de son évocation dans la Bible, mais plutôt de se demander en quoi l'histoire de cette femme peut inspirer en soi-même une démarche spirituelle". Il présente ensuite les trois parties du livre. 

La première est l'histoire de la reine de Saba et de sa rencontre avec le roi Salomon imaginée sous la forme d'un conte dont on appréciera la dimension poétique. Le récit est entrecoupé de citations extraites de la Bible (Les Proverbes, Le Cantique des Cantiques, Le Livre des Rois). Il se termine par cette phrase hélas toujours d'actualité : " L'homme, s'il est un homo religiosus, est aussi un homo belicans ".

La deuxième partie a pour sous-titre Un chemin vers la sagesse. Monique Marta y approfondit la notion de sagesse, qualité qui fut attribuée au roi Salomon. Elle a recours pour cela aux auteurs, anciens comme modernes, qui se sont intéressés à la reine de Saba. Ils ont pour noms Hérodote, Homère, Flavius Josèphe mais aussi Flaubert, Nerval, Malraux ou encore Jean Grosjean. Elle conclut de son étude que : "la sagesse de Salomon n'est pas une philosophie" mais plutôt une religion car elle repose "d'une part sur la croyance en Dieu, d'autre part sur le respect des commandements".

La troisième partie est sous-titrée Une quête spirituelle. C'est Gérard de Nerval qui en est le fil conducteur. Monique Marta s'est intéressée à lui parce que, à la différence des autres auteurs cités : " sa vision du mythe nous ouvre d'autres horizons et répond à la dernière phrase  de l'évangile de Luc - "il y a ici bien plus que Salomon"- d'une façon originale, inattendue et riche de sens".

Avec ce livre aux multiples entrées sur la reine de Saba, Monique Marta nous confirme, si nous en doutions encore, que la poésie est bien un exercice spirituel.

Complément :

- Le livre sur le site de l'éditeur.

dimanche 27 février 2022

Le souvenir de Serge Bec et Bernard Manciet

Il y a tout juste un an que Serge Bec nous quittait. Pour marquer le premier anniversaire de sa mort voici un reportage réalisé pour l'émission Vaqui où on le retrouve tel qu'en lui-même depuis le village de Viens où il s'était retiré à la fin de sa vie.

Je voudrais associer à son souvenir celui de Bernard Manciet. C'est grâce à Serge Bec que je l'ai connu et grâce à lui encore que j'ai pu réaliser le livre Entre Gascogne et Provence dans lequel ces deux grands poètes de langue d'Oc nous permettent de les suivre dans leurs itinéraires si singuliers et rayonnants. La préparation du livre nous amena à nous rendre avec Serge chez Bernard Manciet à Trensacq dans les Landes. Ce fut une rencontre mémorable durant laquelle j'assistais ému aux retrouvailles de deux amis qui ne s'étaient pas revus depuis plusieurs années.

Voici l'émission que France-Culture consacra à Bernard Manciet le 5 décembre 1992 où on l'entendra vanter les vertus poétiques du gascon :

 
Complément :

 

samedi 22 janvier 2022

Planète bleue

 Je voudrais commencer l'année avec une artiste qui nous ramène aux origines de la vie et de la terre par son travail avec les éléments. J'ai eu le plaisir d'apprécier ses créations cet été à la galerie LM Studio dirigée par Laurence Neron-Bancel à Hyères, là-même où j'avais découvert en 2018 les peintures de Véro Barbot.

Le livre Blue Earth fixe une nouvelle étape dans le parcours et la recherche de Bertille de Baudinière. Celle-ci succède à Green Earth correspondant à un séjour au Japon où elle s'attacha à évoquer l'harmonie entre l'homme et la Nature, puis à Red Earth renvoyant cette fois à un voyage aux États-Unis où elle fut marquée par la couleur de la terre du Middle West. Avec Blue Earth l'élément dominant est l'eau avec sa couleur bleue. "Ma série de peintures, constituée d'une palette de terre des 5 continents, d'azurite et de mica mélangés à la caséine et composés sur toile blanche, se concentre sur notre relation à l'eau, témoignant de l'état changeant de notre planète" nous explique l'artiste en introduction.

 Sensible aux inquiétudes environnementales qui pèsent sur notre avenir, elle a tenu à accompagner ses toiles d'histoires de personnes dont la vie est façonnée par les sources des montagnes, les rivières et les océans. Ainsi une habitante de la Corse nous dira l'importance des fontaines dans les villages, le maire du Tronchet ses efforts pour préserver rivières et étangs autour de Saint-Malo, le fondateur de Tree People en Californie, son projet pour faire face à la menace climatique.

Mais laissons l'artiste elle-même nous éclairer sur son itinéraire :

Compléments :

- Le livre Blue Earth sur le site de l'éditeur.

- Le site de l'artiste.