Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

vendredi 24 décembre 2010

Les Noëls de Charles Thomas

De 1953 à 2002, le poète Charles Thomas a écrit chaque année un poème de Noël. Voici présenté aujourd'hui celui qu'il a écrit le 24 décembre 1964 et qui a été publié dans son recueil Couleurs du silence paru en 1983 dans la collection "Les poètes de Laudes" dirigée par Jean Vuaillat. Par la suite la plupart de ses poèmes seront regroupés dans le recueil Noël de mes années et édités par les éditions Traces de Michel-Français Lavaur qui avait déjà publié de Charles Thomas L'arbre gardien et Au fur et à mesure. Présenter ce poème est pour moi une occasion de rendre hommage à celui qui m'a encouragé à mes débuts et qui a participé à la création des Cahiers de Garlaban. Originaire du pays nantais, Charles Thomas avait fréquenté les poètes liés à René Guy Cadou et à l'Ecole de Rochefort, avait été proche aussi d'Hélène Cadou et c'est par lui, à la suite de son installation à Marseille, que cette poésie de l'Ouest avait été mieux connue sur nos terres du sud. Charles Thomas était né en 1915, il est mort le 31 décembre 2008. Si la poésie a toujours nourri son existence, c'est sa vie sacerdotale qui l'a guidé en premier lieu. Elle l'a même conduit jusqu'à l'Angelicum, l'université des Pères Dominicains à Rome, où il a préparé son doctorat de théologie de novembre 1947 à juin 1949, avec pour condisciple, le futur Jean-Paul II.

NOËL 64

Quand les forêts violettes de l'Avent
font le même silence que deux mains jointes
les voix apportées par le vent
sont toutes des voix de prophètes.

O le ventre sacré de la Femme parfaite
mûrissant le Pain éternel !

Emmenés par l'étrange étoile
sur des chemins peu fréquentés
voici que nous allons vers un pays
où la table de Dieu est la table des pauvres.

Si par les rouges terres de l'Esprit
tu crois que l'heure vient encore.
mon enfant, mon ami,
crie de toutes tes forces :
Noël ! Noël !
pour qu'à la mitan de la Nuit
naisse la plus belle aurore.

Charles Thomas

Aucun commentaire:

Publier un commentaire