Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 12 juin 2010

Le joli livre d'Aurélia Lassaque

Dans l'édition poétique le livre d'artiste occupe une place de choix. Par la rencontre qu'il permet entre un poète et un plasticien, par la qualité de sa réalisation, son tirage limité, il est un objet rare que les amateurs d'art et de poésie conservent pieusement. La lithographie ou la linogravure que le peintre propose en accompagnement du poème vient converser avec les mots de telle sorte que les deux expressions, plastiques et écrites, y trouvent un relief nouveau, s'éclairent l'une l'autre. Aurélia Lassaque vient à son tour de tenter cette aventure avec Robert Lobet, peintre et graveur, qui se définit lui-même comme un artiste du livre. Dans le cas présent, il intervient à double titre. Il est tout d'abord l'éditeur puisqu'il accueille Ombras de luna dans sa collection de livres d'artiste des Editions de la Margeride qu'il a fondées dans le sud de la France. Celle-ci compte déjà quelques poètes de renom comme Salah Stétié ou encore Michel Butor. Robert Lobet est ensuite l'auteur de la belle linogravure que l'on trouve en ouverture du recueil. L'adresse de son site indiquée à la fin de cette chronique permettra de visualiser quelques unes de ses créations et d'en apprécier la facture.
Mais c'est bien sûr Aurelia Lassaque l'invitée d'honneur. Une fois encore, et si nécessaire, elle vient nous montrer les ressources infinies de la poésie de langue d'oc. Aurélia Lassaque, née en 1983, est l'une des plus jeunes figures de la création occitane contemporaine. Et ce recueil n'est pas son premier. En 2006 déjà, elle avait publié Cinquena Sason aux éditions Letras d'Oc. Elle nous propose ici six poèmes, en occitan et en français, dans une langue enracinée, chaude et sensuelle, aux multiples pouvoirs évocateurs. En voici l'un deux, dédié à Aina Calpe, pour donner au lecteur l'envie de découvrir les autres :

Coma la mar prigonda
Que vai e ven e vira
Contra l'arena blonda,
Ainà doça, Ainà fèra,
Lineara Ainà,
Dins la sang del Dieu vivent
Aprivadas ta novèla naissença
A l'orizont de l'amor

Comme la mer profonde
Qui va et vient et roule
Contre le sable blond,
Aina douce, Aina sauvage,
Linéaire Aina,
Dans le sang du Dieu vivant
Tu apprivoises ta nouvelle naissance
A l'horizon de l'amour.

Compléments :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire