Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 28 janvier 2023

Autour de "Liberté" de Paul Eluard

 Avec cette première chronique de l'année, nous allons écouter Paul Eluard lire son fameux poème Liberté. Il est l'occasion pour moi une nouvelle fois d'évoquer Gaston Bachelard qui l'a souvent cité dans ses livres. Ne commence-t-il pas sa Psychanalyse du feu par cette phrase de lui : "Il ne faut pas voir la réalité tel que je suis" ?

Avant d'être lâché à des milliers d'exemplaires par des avions de la R.A.F. sur le sol français, le poème avait été publié dans un recueil intitulé Poésie et vérité 42. C'est le groupe de jeunes poètes surréalistes de La Main à plume qui s'était chargé de l'édition. Il comptait parmi ses membres Nadine Lefebure qui suivait dans ces années de guerre les cours de Gaston Bachelard en Sorbonne avec attention. Elle y trouvait là des raisons de résister à l'Occupant et de garder espoir.

Parmi les nombreux autres étudiants passionnés par les cours du grand philosophe qui composaient l'auditoire, se trouvait le poète et essayiste Georges Jean qui écrira plus tard dans un livre intitulé Bachelard l'enfance et la pédagogie : "  Nous étions quelques-uns à "tenir" tout au long de la première séquence pour avoir une place lorsque la poésie ferait son entrée. Cette expression n'est pas une image, car effectivement, au moment où Bachelard retournait, comme il disait, son tablier ainsi que le Maître Jacques de Molière, les poètes arrivaient et c'est à l'occasion d'une "interclasse" que nous reçûmes le précieux fascicule d'Eluard Poésie et vérité 42 qui contenait Liberté."

Mais il est temps d'écouter Paul Eluard : 


Compléments :

- On pourra lire de Nadine Lefebure Anecdotes hors philosophie dans le n°5 des Cahiers Gaston Bachelard publié par l'Université de Bourgogne en 2002.

- Bachelard l'enfance et la pédagogie de Georges Jean a été publié par les éditions du Scarabée en 1983.

samedi 31 décembre 2022

Le souvenir d'Orhan Veli (1914-1950)

 Au mois d'avril dernier nous avons déjà rendu compte d'un ouvrage paru dans la Collection regards turcs dirigée par Sevgi Türker-Terlemez et Serpilekin Adeline Terlemez.

Nous voudrions terminer l'année en présentant un nouvel opus de cette magnifique collection qui est consacré au poète Orhan Veli. Il est signé  Tuğrul İnal qui avait déjà fait paraître dans la même collection un essai sur Baudelaire, il est traduit du turc par Özlem Kasap et Pierre Bastin.

Pour évoquer ce livre, il faut tout d'abord parler de la méthode utilisée par l'auteur pour nous présenter le poète Orhan Veli. Il y avait déjà eu recours pour étudier Baudelaire. Il s'agit de la méthode empathique. Celle-ci "prétend promouvoir la création d'un lien relatif, subjectif et transcendant entre l'écrivain et le critique-lecteur. Une relation vivante et dynamique s'établit dès lors entre le texte original et le lecteur, relation qui va bien au-delà de la simple objectivité."

L'objectif est ici atteint et Tuğrul İnal a réussi à nous attacher à ce poète disparu trop tôt que fut Orhan Veli. Il nous fait entrer dans son univers où les petites gens d'Istanbul mobilisent toute son attention. Il restitue son parcours poétique, ses engagements pour que la poésie se libère des contraintes formelles imposées par la tradition et trouve dans le vers libre le chemin d'un total renouvellement.

"Orhan Veli, nous dit l'auteur de cet essai, s'efforce de mettre en avant la vie intérieure de l'homme, la force et la richesse de l'imagination" et plus loin "L'imagination est tout : liberté créatrice, authenticité, illusion et source plaisir. Dans la République turque nouvellement créée, cela correspond justement à la mise en avant d'une relation entre un mode de pensée et l'esthétique et par conséquent avec les productions écrites et artistiques". Tuğrul İnal insistera sur l'accueil qu'Orhan Veli fera au surréalisme tout en restant fidèle à sa sensibilité profonde.

Les langues, les cultures sont des barrières qui nous empêchent souvent de regarder plus loin, de sortir d'un cadre de pensée et de perception du monde dans lequel il est facile de s'enfermer. Remercions la collection regards turcs pour le choix de ses livres et son remarquable travail de traduction qui nous les rend accessibles et nous permet ainsi d'élargir notre horizon. C'est grâce à elle que le poète Orhan Veli est entré dans le cercle de nos poètes familiers où il restera désormais durablement.

Complément :

- Le livre sur le site de l'éditeur.

samedi 26 novembre 2022

Rencontre d'un philosophe avec un poète

J'ai déjà eu dans ce blog l'occasion d'accorder une place aux relations qui existent entre la poésie et la philosophie. Il y a dix ans Philippe Tancelin y disait toute la fécondité qui pouvait en résulter.

J'ai également déjà eu l'occasion de présenter les recherches d'Ivan Frias qui a de son côté fait dialoguer la philosophie avec la médecine. 

Ivan est aussi passionné de littérature et de poésie. Il écrit lui-même  et a participé à Rio de Janeiro a des ateliers d'écriture. Il est venu également en France en 2014 assister à celui que j'animais à Hyères.

Le terrain était donc favorable pour que nous échangions ensemble autour de sujets qui nous étaient chers à l'un et à l'autre.

Voici comment est présenté le livre :

 Ivan Frias, médecin et philosophe brésilien, a posé 30 questions au poète et critique littéraire français Jean-Luc Pouliquen pour un état des lieux de la poésie actuelle. 

En s'appuyant sur sa propre pratique, le poète va évoquer son engagement pour que la poésie retrouve sa place dans une société qui ne lui accorde plus beaucoup d'importance. Il va en particulier raconter son expérience d'ateliers d'écriture auprès des enfants tout d'abord, des adultes ensuite, pour les amener à l'expression poétique. 

Ivan Frias, nourri de culture grecque, mettra en perspective la situation actuelle du poète avec celle qui était la sienne dans la Cité antique. Pour compléter l'échange, Jean-Luc Pouliquen proposera un choix de ce qu'il appelle ses Poissons-poèmes

L'ensemble sera introduit par Mirian de Carvalho qui notera que la poésie et la pédagogie présentées : " se complètent comme une manière de voir le monde et de concevoir l'être entre des mouvements ascendants et descendants, accompagnant les sentiments de l'âme qui traversent l'existence. Et ce voyage dans l'existence n'est pas loin des réalisations de la vie dans les espaces et les temps vécus sur les chemins de la ville, où transitent le je et le nous. Et où ils souhaitent traverser ensemble le drame de l'existence."

Compléments :

- Une lecture du livre par André Lombard.

- Pour commander l'ouvrage.