Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 6 septembre 2014

Amitié et Fraternité en poésie

L'amitié est un thème qui est cher à ce blog. C'est même sous son signe qu'il s'est ouvert. L’École de Rochefort occupe aussi une place importante dans nos rubriques, tout comme Luc Vidal et ses éditions du Petit Véhicule qui en perpétuent l'esprit. Olivier Delettre participe aux côtés de Luc Vidal aux destinées des éditions du Petit véhicule où il a fait paraître en septembre 2012 un essai en deux tomes intitulé De l'amitié et de la fraternité à l’École de Rochefort. A l'origine travail universitaire, cette recherche s'en est affranchie pour nous proposer en cinq temps une analyse des plus fines et des plus fouillées de ce qui constitua le fondement même de la relation entre les poètes de Rochefort.


Le premier tome présente les trois premiers temps intitulés respectivement : Au début de l’École de Rochefort, La correspondance et L'amitié et la fraternité en poésie. Après avoir présenté le contexte politique et socio-culturel des années trente et quarante, Olivier Delettre s'intéresse aux initiateurs de cette aventure et se demande si Walt Whitman n'en serait pas le père fondateur. Il n'oublie pas bien sûr de rappeler les rôles joués par Max Jacob et Pierre Reverdy auprès des jeunes poètes de Rochefort. La partie concernant la correspondance la présente comme l'expression même de la fraternité à travers les échanges épistolaires de Cadou-Bouhier, Béalu-Cadou, Béalu-Bouhier, Bérimont-Bouhier-Cadou. Révélateur est le chapitre portant sur les disputes et réconciliations. Parmi les causes des disputes on trouve l'argent et les éditions, la susceptibilité des artistes ou encore l'engagement politique. Le troisième temps consacré à L'amitié et la fraternité en poésie s'attarde sur la place occupée par celles-ci dans l’œuvre et l'itinéraire des principaux protagonistes de Rochefort, à savoir : Marcel Béalu, Jean Bouhier le fondateur de l’École, Luc Bérimont, René Guy Cadou, Michel Manoll et Jean Rousselot. Elles sont ensuite envisagées par rapport à l'ensemble du groupe.


Le deuxième tome contient le quatrième temps intitulé Les illustrateurs ainsi que le cinquième Les proses des écoliers. La partie sur les illustrateurs permet de parler du peintre Roger Toulouse à qui l'on doit les portraits des poètes de l’École, celui de René Guy Cadou reste le plus popularisé. Sont aussi évoqués Yves Boré-Mahé et Guy Bigot. Enfin dans le cinquième temps, Olivier Delettre se penche sur les romans de Jean Rousselot, Luc Bérimont, René Guy Cadou, sur leur tentation pour le roman social ainsi que sur leurs écrits autobiographiques et montre en quoi ils prolongent leurs positions poétiques.
Dans son avant-dire Luc Vidal a ces mots qui nous serviront de conclusion : "Être en fraternité, c'est vivre les épreuves de la vie en sachant que l'épaule de l'autre est prête à nous accueillir. La fraternité et son corollaire l'amitié demandent que l'on s'arrête à un rendez-vous non prévu (offrande de paix) pour prendre le temps de l'écoute réciproque. Cet essai De l'amitié et de la fraternité à l’École de Rochefort raconte avec brio comment cette histoire fut réellement vécue par ces poètes. C'est pour cela que cette aventure poétique est si vive dans notre présent".

Complément :
- Le livre sur le site de l'éditeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire