Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 20 juin 2015

Le souvenir de Léon Vérane

C'est un document rare que nous présentons aujourd'hui. Grâce à Roger Rougier dont le père était un ami de Léon Vérane voici deux pages d'un recueil inédit de celui qui fut un des hérauts de l’École Fantaisiste. Ce mouvement qui compta dans ses rangs à côté de Léon Vérane, Paul-Jean Toulet, Tristan Derème, Jean-Marc Bernard ou encore Françis Carco voulu se démarquer du symbolisme en lui opposant une certaine fantaisie faite d'humour, de pittoresque, de mélancolie, attachée à des rythmes simples et chantants. Cela se passait au début du vingtième siècle et la Grande Guerre eut raison du groupe. Mais l'esprit fantaisiste demeura en chacun des membres de l’École qui l'incarnèrent à leur manière dans leur parcours individuel.


 Léon Vérane (1886-1954) passa l'essentiel de son existence à Toulon et dans ses environs. A le fin de sa vie il séjourna à Solliès-Pont où sa deuxième épouse Marcelle tenait l'auberge du Lapin Blanc. En face de l'auberge il y avait la gendarmerie où le poète fit la connaissance du père de Roger. C'est ainsi qu'une amitié naquit entre les deux hommes. Ils se retrouvèrent souvent pour boire un verre ensemble ou jouer aux cartes. Celles-ci inspirèrent à Léon Vérane quelques poèmes dont Le Valet de Cœur :


Compléments :

1 commentaire:

  1. Documents très émouvants que ces poèmes à l'encre grise sur du papier jauni....Nostalgie...Nostalgie....

    RépondreSupprimer