Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 1 octobre 2016

Les rêveries cosmiques de Jean Durello

Notre dernière grande  exposition virtuelle avait été consacrée à Martine Lemoine. Nous allons tout au long de ce mois d'octobre ainsi qu'en novembre cheminer avec Jean Durello que j'ai eu le plaisir de rencontrer cet été à Hyères à l'occasion de l'exposition de ses œuvres qu'il avait organisée à la galerie Marie Poscia. J'y ai trouvé une correspondance avec ce que j'essaye de promouvoir dans ce blog. Je le remercie d'avoir accepté mon invitation ainsi que son épouse Michelle qui m'a aidé à préparer cette présentation.

Gaïa (Technique mixte 114/146)

Que la matière se libère de sa gangue de pesanteur, semble suggérer l’artiste. Qu’elle réfracte la lumière, l’impalpable.

Hyetios (Tech. mixte 146/114)


Pour ce faire, il tente de réconcilier les opposés, et ose le rapprochement risqué entre le construit et le fluide, entre réalité tangible et onde quasi immatérielle.

Chaos minéral (Tech. mixte 146/114)

Pour un temps, là où matière et eau fusionnent vers des épousailles incertaines, la victoire revient à l’obscur chaos ambiant sur le monde organisé…

Glaciation (Tech. mixte 89/116)

Où bien à l’immobilisme glacé d’une réalité hostile.

Chronos (Tech. mixte 76/90)

Pourtant quand Chronos surgit, l’artiste invite à voir sur le minéral l’œuvre du temps en modeler la forme et les éléments en rompre la structure. Voici ce qu'il propose: "Et s'arrêter devant la beauté de l'instant présent afin que Chronos devienne Kaïros"

Voie lactée (Tech. mixte 114/146)

Enfin, sous le regard bleuté de la voie lactée, les rêves cosmiques de l’artiste deviennent réalité :
« La lumière se met à inventer son propre rythme, dans une harmonie de formes et une vibration propice à la danse, à la légèreté, à l’élévation ! »

                                                           (Texte Michelle Durello)
Complément :
- Le site consacré à l'artiste.

2 commentaires:

  1. Laissons notre regard se promener dans les toiles de Jean Durello....
    C'est beau,d'une grande sensibilité.j'aime particulièrement la construction et la destruction de ces rêves cosmiques.
    Sur le site de ce peintre des oeuvres qui me touchent particulierement :
    Urban art.Modern Solitude.Sarcophages...
    Merci!

    RépondreSupprimer
  2. Parce qu’une écriture sans âme est comme un Amour sans passion, tes mots, Michelle, viennent communier tendrement avec l’œuvre de Jean…
    Probablement indissociables, désormais ils demeureront étroitement liés aux couleurs mystérieuses et aux formes fractales dont Jean sublime ces toiles.
    Avec tendresse Patrice

    RépondreSupprimer