Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 9 mai 2015

Un poème de Jean Pietri

Voici un poème de Jean Pietri qui m'a été transmis par Roselyne Camelio que j'ai déjà présentée dans ce blog. Il me donne l'occasion de rendre hommage à celui qui a beaucoup œuvré au sein de la Maison de la Poésie qu'il avait créée à Avignon avec Paul Vincensini. J'avais eu l'opportunité de rencontrer Jean Pietri grâce à son ami Edmond Humeau pour une journée consacrée à la communication poétique qu'il avait organisée dans la cadre de ses fonctions d'Inspecteur départemental de l’Éducation nationale. Y avaient également participé Serge Brindeau et Guy Chambelland. Le poème est lui aussi associé à l'éducation puisqu'il célèbre une fresque murale de Roselyne Camelio que Jean Pietri avait découverte lors d'une visite de l'école primaire de La Croisière à Avignon.


Cela se passait en 1985 et pendant deux mois l'artiste était intervenue bénévolement pour peindre avec les enfants du CE1 et du CM2 autour du thème de la Provence, de ses traditions et légendes. On aperçoit sur la photo un berger avec ses moutons et aussi la Tarasque qui crache du feu sous le regard dompteur de Sainte Marthe.
Roselyne Camelio raconte : "La fresque est née d'un projet pédagogique que j'ai élaboré avec la directrice Madame Joyeuse et avec Madame Cosnier. Cette "école de la vie" était ouverte aux parents d'élèves et aux créateurs. On y faisait de l'occitan, on y fabriquait des santons. Il y avait même un jardin où les enfants cultivaient des plantes méditerranéennes. Sur l'esquisse qu'ils avaient tracée à la craie, les enfants peignaient "à grands traits" et "aux couleurs d'avenir".


A la suite de sa rencontre avec Jean Pietri, Roselyne Camelio  a été invitée à venir exposer ses peintures à la Maison de la Poésie d'Avignon. En plus de la place qu'il y réservait aux poètes, son fondateur y poursuivait une politique d'accueil également ouverte aux peintres, aux sculpteurs et aux musiciens.
Né le 28 mai 1933, Jean Pietri est décédé le 22 novembre 1993. Une mort prématurée est venue interrompre son parcours généreux au service de la poésie, des arts et de la pédagogie dont nous n'avons pas encore pris toute la mesure.

1 commentaire:

  1. Un grand merci pour ce très bel hommage à notre père. Camille PIETRI

    RépondreSupprimer